lundi 26 novembre 2007

Journée du lundi 26 novembre 2007 : COMPTE-RENDU

   Ce matin, nous sommes arrivé aux alentour de 7h15 afin de bloquer le campus Croix-Rouge. Les tables et les chaises avaient été rentrées pour le week-end, et nous pensions n'avoir qu'à les sortir. Il nous a fallu attendre 8h15 et la décision (venue des doyens - notamment celui de droit qui nous a implicitement mais fermement fait comprendre qu'il était opposé au blocage - ou du président lui-même, affaire à éclaircir...) d'ouvrir la totalité des locaux. Nous avons pu demander à la personne responsable de l'ouverture des batiments modulaires de les laisser fermés, mais les salles de cours tant du côté lettres que du côté droit, ainsi que la totalité des amphis ont été ouverts. Après avoir obtenu la fermeture des nouveaux amphis, nous avons dû - chose peu agréable - aller déloger les étudiants et enseignants ayant profité de l'ouverture temporaire des locaux pour faire quelques cours dans lesquels les élèves étaient très peu nombreux. Ceci étant fait, nous avons fermé nous-mêmes les bâtiments, à noter que trois étudiants ont absolument tenu à rester dans les bâtiments côté droit malgré nos demandes d'évacuation. En effet, prévenus personnellement de la fermeture totale du bâtiment, ils ont consciemment choisi de se laisser enfermer.
   Certaines plaintes se sont fait entendre ; les étudiants refoulés ont fait valoir l'absurdité de la situation en mettant en avant l'argument suivant : un étudiant n'a pas d'autorité suffisante sur un autre étudiant pour l'empêcher d'aller en cours. A ceci, nous voulons répondre qu'un étudiant mobilisé est investi de la légitimé de l'assemblée générale du mercredi 21 novembre qui voté le blocage jusqu'au mercredi suivant. Pour cette raison, nous sommes au regret d'informer ces étudiants qu'ils contreviennent à une décision prise d'une manière on ne peut plus démocratique, et qu'en ceci, ils s'opposent non pas à quelques bloqueurs, mais à 850 votants sur 1260.

   Ensuite, nous avons travaillé sur les différentes modalités d'action pour continuer cette lutte, nous avons préparé l'ordre du jour de l'assemblée générale d'aujourd'hui et nous avons comme à notre habitude, discuté avec des étudiants sur le campus dans un souci d'information et d'entente.
   A 12h30, selon l'accord conclu avec le Président, nous avons organisé une AG en amphi 2 à la suite de laquelle les votes ont fixé les actions du lendemain (mardi), mais rien n'a été décidé concernant le blocage puisque la dernière AG l'avait voté jusqu'au mercredi 28 novembre. Ces actions sont les suivantes :
- mardi, à 10h, le SNEsup - auquel nous nous joignons - organise un enterrement musical de la loi LRU devant le parvis de l'université. Il a été demandé aux participants de venir habillés de vêtements colorés.
- mardi, à 16h, nous organisons un sit-in devant le rectorat, toujours dans l'optique d'accentuer le mouvement d'action demandant l'abrogation totale de la loi LRU.
   Très prochainement, nous organiserons une campagne d'information sur le marché de Noël, Place d'Erlon ; nous souhaitons également nous joindre aux syndicats lycéens qui appellent à la manifestation pour le jeudi 29 novembre. Des précisions seront apportées sous peu.

   Cette journée a été marquée par les évènements du week-end à la coordination nationale de Lille. En effet, seulement après quelques heures de débat, un différend est apparu entre les membres indépendants de la coordination et ceux appartenant au syndicat étudiant de l'UNEF. Il leur été reproché de vouloir prendre le contrôle de l'assemblée en venant en masse pour renverser les votes et ainsi faire de la coordination un outil politique au service de la direction nationale du syndicat. Les délégués rémois appartenant à l'UNEF ont quitté la salle, d'après leurs dires en raison d'un climat de tension à leur encontre et n'ont pas assisté à la suite des débats. Libre à chacun de se faire son opinion sur ce sujet, il faut tout de même que nous précisions que lors du vote des délégués rémois à la réunion du comité vendredi après-midi, chacun des candidats a décliné ses appartenances politiques et/ou syndicales allant jusqu'à préciser sa tendance au sein de l'UNEF pour ceux qui y appartiennent. En pleine conscience, nous avons décidé de les mandater pour nous représenter, considérant qu'ils étaient dignes de notre confiance. Notre délégation contenait en effet cinq membres (1 campus bloqué = 5 délégués envoyés à la coordination), dont 3 UNEF majo, 1 UNEF TUD (tendance plus à gauche de l'UNEF, minoritaire) et 1 indépendant. Débat à suivre...

   Monsieur Martino Nieddu a pour sa part inauguré l'Université Populaire avec une conférence portant sur la loi LRU (pour des précisions concernant l'Université Populaire, voir la catégorie correspondante).

Posté par les_mobilises à 21:59 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

Commentaires sur Journée du lundi 26 novembre 2007 : COMPTE-RENDU

    Message des étudiants mobilisés

    Les commentaires ne sont pas autorisés sur ce blog, pour nous contacter, merci de le faire par e-mail en cliquant sur "contacter l'auteur" dans la colonne de droite.

    Posté par Le comité, lundi 26 novembre 2007 à 22:53 | | Répondre
Nouveau commentaire